Section 18ème arrondissement Chapelle Goutte d'Or

Section du parti-socialiste de Paris

L’identité nationale est une carte

Par • 30 oct, 2009 • Catégorie: Coup de coeur / coup de gueule des militants

Eric Besson ministre de l’immigration, lance un débat pour savoir ce qu’est être français. J’interviens vite pour économiser les frais d’organisation d’une telle campagne.

Je connais la réponse.

Je suis né en France il y a bien longtemps. Sur sol français. Le sol français ne ment pas.

J’ai obtenu une carte d’identité française quand j’en ai fait la demande. J’ai voté aux élections, j’ai même été candidat, j’ai passé des concours qui exigeaient la nationalité française, j’ai été fonctionnaire de l’état français, fait un bout de service militaire.

J’étais français.

Certains chipotaient, disaient que mes parents n’étaient pas nés en France, mais je leur clouais le bec en sortant ma carte d’identité.

Puis, en juin dernier, ma carte d’identité étant périmée, j’en ai demandé le renouvellement et un fonctionnaire de la préfecture m’a dit que mon dossier était  incomplet, qu’il me fallait un certificat de nationalité française. Parce que mes parents sont nés à l’étranger.

Et en attendant, lui-ai-je demandé, est-ce que je peux voter? Non, bien sûr, il faut une carte d’identité encore valide. C’était la veille des élections européennes. Est-ce que je peux aller à l’étranger? Non, puisque je n’ai plus de carte d’identité. Est-ce que je peux monter dans un avion? Non, on me demande une carte d’identité en cours de validité.

Bref, je ne suis plus français. Il faut pour que je retrouve ma nationalité qu’un juge me délivre un certificat de nationalité française. Comment obtenir ce certificat? En joignant à mon dossier l’acte de naissance de mes parents, leur acte de mariage. Ils sont nés et se sont mariés dans des régions du monde où la guerre n’a pas épargné les services d’état civil. En attendant, je ne suis plus français. J’ai pu voter aux élections européennes parce que je présidais le bureau de vote et que volontairement, je n’ai pas regardé la date d’expiration sur la carte que je me tendais.

Tant que je ne retrouverai pas une carte d’identité valide, je ne serai plus français. Donc être français, c’est avoir une carte d’identité en cours de validité. Faut-il faut vraiment lancer un grand débat national pour trouver cette réponse?

Maurice Goldring

Sur le même sujet: lire les témoignages sur le site du Monde

Marqué comme: , ,

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Une Réponse »

  1. Ceci n’est nullement un cas isolé. Il suffit pour s’en convaincre de consulter les pages ci-dessous:

    http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2009/10/14/tatiana-de-rosnay-rejoint-les-radies-de-la-nation
    http://mobile.lemonde.fr/opinions/article/2009/12/30/comment-j-ai-perdu-mon-identite-nationale-par-michka-assayas_1286018_3232.html
    http://www.mediapart.fr/club/edition/les-invites-de-mediapart/article/201009/de-l-identite-francaise-au-merite
    http://www.liberation.fr/societe/0101613096-nationalite-preuves-par-l-absurde

    Et il ne s’agit ni d’immigration, ni de racisme, ni de sans-papiers, mais bien de discrimination à l’égard de millions de Français.

    Colette Friedlander

Laisser un Commentaire