Section 18ème arrondissement Chapelle Goutte d'Or

Section du parti-socialiste de Paris

Mise en œuvre de la communication « pour un meilleur service de proximité aux Parisiens »

Par • 11 juin, 2009 • Catégorie: L'actu des élu(e)s

CONSEIL DE PARIS – LUNDI 8 JUIN

Mes chers collègues,

Cette délibération intervient après un long processus de concertation, puisque à l’occasion de notre conseil de février, une communication du Maire de Paris, intitulée « Pour un meilleur service de proximité aux parisiens » avait déjà fait l’objet d’un débat.

Sans revenir dans le détail sur cette délibération, je rappelle qu’il s’agissait d’un engagement de campagne, pris devant les parisiens, et qu’il s’agit d’engager une nouvelle étape de la politique suivie par la municipalité depuis 2001 et qui vise à associer sans cesse d’avantage les citoyens à la gestion des affaires municipales en rapprochant l’administration des usagers. Et pour cela, un échelon indispensable, incontournable, l’échelon de la proximité, l’échelon de l’arrondissement.

Cette démarche s’inscrit dans une longue et vivace tradition de Gauche : sans revenir jusqu’aux grandes lois de décentralisation de Gaston DEFERRE en 1981, je rappelle que cette volonté politique de Bertrand DELANOE et de la municipalité parisienne s’inscrit dans un cadre légal, celui de la loi de Démocratie de proximité de 2002, votée à mon initiative au nom du gouvernement JOSPIN. Je précise d’ailleurs qu’elle a fait l’objet d’un large consensus au Parlement.

Cette loi « démocratie de proximité » voulait, je le rappelle, associer plus largement les citoyens aux décisions locales, renforcer les droits des élus locaux, notamment ceux de l’opposition, Faciliter l’accès aux mandats locaux (meilleure articulation avec la vie professionnelle, renforcement de la formation, amélioration des conditions d’exercice des mandats) et assurer la transparence du processus d’élaboration des projets d’aménagement et d’équipements ainsi que la participation du public à l’élaboration des grands projets. Elle a rendu obligatoire les conseils de quartier dans les communes de plus de 80 000 habitants et renforcé les pouvoirs des maires des arrondissements, à Paris, Lyon et Marseille.

A Paris, et sans attendre la loi de 2002, c’est dès 2001 et l’élection de Bertrand DELANOE, que les mairies d’arrondissement ont un rôle accru sans affaiblir l’éxecutif parisien. La communication du Maire proposait en février des pistes pour franchir une nouvelle étape. Ces pistes ont été travaillées dans la concertation avec les maires d’arrondissement et les groupes politiques de l’hôtel de ville. Je veux ici saluer le travail engagé par Maïté ERRECART, l’Adjointe au Maire de paris chargée des Ressources humaines, de l’Administration générale et des relations avec les Mairies d’arrondissement : j’ai participé à plusieurs réunions avec l’ensemble de mes collègues maires, de la majorité comme de l’opposition municipale, et nous avons pu faire entendre notre expérience du terrain, nos suggestions et propositions ont été entendues.

Cette délibération est donc le résultat de cette large concertation, je peux en attester en tant que Maire d’arrondissement et témoigner de l’évolution positive depuis 2001. Permettez que je dise à notre opposition municipale que j’ai connu Paris mise en coupe réglée de 1977 à 1995. Je regrette que M TIBERI ne soit pas en séance, je lui aurait rappelé ses propos, lorsqu’élu Maire de gauche d’un arrondissement, en 1995, je lui disais qu’il nous faudrait travailler en cohabitation, il m’avait répondu : « oh mais ma majorité ne me le permettra pas » !

Sans revenir dans le détail sur les innovations majeures qu’elle propose, je veux, toujours en tant que Maire d’arrondissement, saluer la création d’un Comité des arrondissements, qui va permettre des échanges encore plus réguliers entre l’ensemble des maires d’arrondissement, de droite comme de gauche et le Maire de Paris sur tous les sujets intéressant les arrondissements.
Je me réjouis également de la réforme profonde des procédures budgétaires qui va décentraliser la décision et prioriser les dépenses concernant l’entretien des équipements de proximité et de la voie publique. Et à Monsieur GOUJON qui s’étonne du montant des investissements dans le 18ème, je rappelle simplement qu’il s’agit du prix du rattrapage de tout ce que la droite n’a pas fait pendant 24 ans dans les arrondissements populaires du nord est parisien.

Enfin, s’agissant d’un domaine au cœur des préoccupations des parisiens, la propreté, un co-pilotage permettra d’harmoniser et de concilier les enjeux locaux avec l’indispensable unité parisienne, garantie de l’égalité des parisiens devant ces services publics.

Je souhaite terminer mon propos en rendant un hommage appuyé au personnel de la Ville de Paris qui travaille dans les arrondissements. Jusqu’à présent, leur travail de proximité au service des parisiens, s’il était reconnu et apprécié des élus d’arrondissement, ne l’était pas toujours sur le plan de leur carrière administrative. Une vieille tradition centralisatrice française faisait que rien n’était plus prestigieux dans une carrière qu’un passage dans une grande direction en central. Je suis heureux que cette délibération s’attaque à ce problème et affiche sa volonté de valoriser et promouvoir le passage en arrondissement dans la carrière des fonctionnaires de la Ville.

Toutes ces évolutions ne remettent bien sur pas en cause l’unité de Paris, mais elles sont au contraire un gage supplémentaire d’efficacité, de vitalité démocratique et d’égalité entre les parisiens. Elles s’inscrivent dans la volonté politique de replacer le citoyen au cœur d’une décentralisation plus légitime, efficace et solidaire, une volonté politique au cœur de nos valeurs de gauche, un attachement profond à nos institutions, au premier rang desquelles la commune en province, et l’arrondissement à Paris, le lieu privilégié d’apprentissage et d’exercice de la démocratie.

Mes chers collègues, je me réjouis aujourd’hui de voter une délibération qui s’inscrit dans cette longue et belle tradition, au cœur de mon engagement politique depuis toujours. Elle constituera un nouveau levier pour harmoniser Paris sans l’uniformiser, pour améliorer le vivre ensemble à Paris et dans les quartiers.

Daniel Vaillant

est
Email à cet auteur | Tous les Articles par

Laisser un Commentaire